Le digital est un des facteurs les plus importants pour la réussite d’une entreprise, mais c’est également un problème sous-évalués. En particulier, la digitalisation des TPE/PME françaises semble progresser au ralenti par rapport au reste de l’Europe (la France est en 16position). Une étude récente de AFNIC, menée auprès de 3249 TPE/PME françaises entre septembre 2017 et août 2018 a montré des résultats intéressants à cet égard. Bien que la présence en ligne soit considérée comme indispensable, l’utilisation de ressources web est plutôt passive. D’où dérive cette tendance ? La plupart du temps, il s’agit d’un problème de budget (mais ce n’est pas tout). Le manque d’outils numériques et des profils professionnels spécialisés est également une des causes. Des mesures concrètes pour faire évoluer cette situation sont indispensables. Sans ces mesures, trouver une place sur le marché équivaudrait à se battre contre les moulins à vent (digitaux).

Argent, temps, professionnels : les défauts qui arrêtent l’évolution digitale

88% des entreprises ayant participé à l’enquête AFNIC ont admis utiliser des cartes de visite et des documents papier pour se faire connaître en ligne. Selon 68% des répondants, le site web est utilisé plutôt comme une vitrine pour présenter l’activité et rien de plus. Les entreprises devraient donc penser à investir dans des profils tels que le chef de projet multimédia l’expert SEO, etc. Malheureusement, cela ne se fait pas, faute d’argent et de temps (le temps c’est également de l’argent !).

L’étude ci-dessus montre également que 61% de TPE/PME françaises investissent moins de 300 euros par an dans le digital. En revanche, seulement 7% (surtout les PME) investissent plus de 5000 euros par an dans le secteur digital. En ce qui concerne le temps, 41% des interrogés consacrent 1 heure par jour aux activités web, tandis que 33% consacrent 1 heure par semaine. Avec une méthode encore trop « primitive », la digitalisation des TPE/PME peut être vraiment compliquée. Investir dans ces profils est indubitablement le choix meilleur pour les TPE/PME françaises qui doivent faire face à la concurrence sur le marché du digital. Malheureusement certaines entreprises n’ont pas la possibilité d’effectuer leur « évolution numérique » ce qui risque d’engendrer leur fin prématurée. Selon les dernières estimations, sans un développement digital, 1 TPE/PME sur 5 en France risque de disparaître.

France Num et Adopte le digital : des aides pour la digitalisation des TPE/PME

Pour encourager la digitalisation des TPE/PME en France, l’État a mis en œuvre deux initiatives. Elles sont « France Num » et « Adopte le digital ». La première est un site internet (lancé en octobre 2018) qui est un outil important pour la digitalisation de TPE/PME. Les chefs d’entreprise peuvent trouver des renseignements, obtenir des outils digitaux, parler avec des conseillers et trouver des financements. Adopte le digital est un bus qui, depuis le 14 janvier, fait le tour de France. L’objectif principale est encourager la transformation digitale des TPE/PME françaises. Les entreprises peuvent obtenir une formation gratuite de 1 ou 2 heures (selon le cas) sur le digital.

Les petites et moyennes entreprises représentent le 99% des entreprises en France. Avant d’utiliser des outils numériques et d’embaucher des professionnels du secteur, une véritable culture numérique serait nécessaire. Les outils mis à disposition par l’État, notamment en termes de financement et de formation, constituent une ressource très utile. La digitalisation des TPE/PME est désormais au bout des doigts, et les chefs d’entreprises doivent saisir cette opportunité pour s’adapter au nouveau monde du digital. Pourront-ils relever ce défi ou les micro-entreprises en France seront condamnées à être des petits marchands médiévaux dans un univers du digital si difficile à comprendre ? Seul le temps nous le dira.